Comment aménager votre risque patrimonial ?

formation-banque-patrimoine-marches-financiers

Créer une société implique bien souvent le risque de voir engager les biens personnels de l’entrepreneur pour rembourser les créanciers de la société, provoquant alors un important risque patrimonial pour ce dernier.

Pour favoriser la création d’entreprise, des aménagements permettent à l’entrepreneur et à sa famille de limiter le risque patrimonial. Dès 2003, le législateur a instaurée la déclaration d’insaisissabilité, puis l’Entreprise Individuelle à Responsabilité limitée (EIRL) est apparue en 2010.

I. La déclaration d’insaisissabilité

Ce mécanisme prévu aux articles L 526-1 et suivants du Code de commerce permet d’aménager le risque patrimonial en prévoyant une immunité à certains biens personnels de l’entrepreneur qui seront insaisissables par les créanciers sociaux. Plus précisément, plusieurs conditions doivent être respectées. D’une part, une telle déclaration n’est applicable qu’aux personnes physiques immatriculées à un registre de publicité légale à caractère professionnel ou exerçant une activité professionnelle agricole ou indépendante. D’autre part, seuls pourront faire l’objet d’une déclaration d’insaisissabilité, les biens fonciers bâtis ou non bâtis, qui ne seront pas affectés à l’usage professionnel de l’entrepreneur.

La loi Macron du 6 août 2015 consacre l’insaisissabilité d’office de la résidence principale de l’entrepreneur. Ainsi, seuls les autres biens devront faire l’objet d’une déclaration. Pour être valable, celle-ci devra obligatoirement être reçue par un notaire et devra être publiée. Le risque patrimonial n’est donc aménagé que pour les immeubles personnels de l’entrepreneur. Lorsque l’immeuble a un objet mixte, c’est à dire qu’une partie sert à un usage personnel alors que l’autre partie est utilisée à des fins professionnelles, un état descriptif de division devra être établi afin de permettre à la seule partie à usage personnel d’être protégée.

Il est important de noter que la déclaration d’insaisissabilité ne rend insaisissables les immeubles qu’elle désigne, et donc ne protége contre le risque patrimonial, qu’à l’égard des créanciers sociaux dont les droits sont nés postérieurement à sa publication.

II. L’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL)

Ce nouveau mécanisme vient également aménager le risque patrimonial de l’entrepreneur en lui permettant d’affecter grâce à une déclaration, un patrimoine à son activité professionnelle, distinct de son patrimoine personnel. Les créanciers sociaux ne pourront donc être remboursés que grâce au patrimoine professionnel. L’EIRL est à destination de toute personne physique qui exerce une activité professionnelle de manière indépendante, cela peut être une activité commerciale, artisanale, agricole et même civile…

Cette exception au principe de l’unicité du patrimoine offre la possibilité à tout entrepreneur d’avoir en même temps, un patrimoine d’affectation et un patrimoine personnel, sans avoir besoin de créer une personne morale, une société. Depuis 2013, un même entrepreneur a même la possibilité de créer plusieurs EIRL.

Sa création suppose une déclaration d’affectation précisant les biens affectés qui auront dûs être préalablement évalués, ainsi que la publication de celle-ci dont les règles sont prévues aux différents alinéas de l’article L 526- 7 du Code de commerce (https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000005634379&idArticle=LEGIARTI000022356572&dateTexte=&categorieLien=cid).

L’EIRL n’aménage le risque patrimonial en principe que pour les créanciers sociaux postérieurs à la déclaration d’affectation. Cependant, elle pourra également être opposable aux créanciers antérieurs, sous réserve de les avoir mentionnés dans la déclaration et personnellement informés sans qu’ils utilisent leur droit à opposition.

L’avantage de l’EIRL est qu’elle peut être cédée à titre gratuit ou onéreux, ce qui peut se révéler pertinent en cas d’apport en société.